Black Christmas

Note
7 / 10
Notez ce film :
Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'oeuvre (1 votes, moyenne 7.00 sur 10)
Loading...
197498 min, ,

Synopsis

La fête de Noël bat son plein : voilà qu'un soir, une ombre menaçante se glisse dans le grenier d'une fraternité étudiante, composée de douces jeunes filles. Celles-ci reçoivent quelque temps plus tard des appels inquiétants : la voix à l'autre bout du fil profile menace de viol et de mort, crachotant des sons obscènes et dégoûtants. Une farce des plus inquiétantes pour les demoiselles, jusqu'à ce que l'une d'entre elles disparaisse.

Dring dring, un coup de téléphone, des bruits de respiration suspects et un intrus dans une maison de sororité le soir de Noël. Ces éléments devenus des incontournables du genre donnent le départ du premier véritable slasher du cinéma. Innovant à l’époque, quelque peu oublié aujourd’hui, on ne peut pourtant pas ignorer l’inspiration que ce film a été pour Halloween, Scream ou encore Vendredi 13. Les coups de fils à répétition créent la cadence du film, comme un présage de mort à chaque appel de cet individu à la voix névrosée.

Image du film "Black Christmas"
© 1974 August Films − Tous droits réservés.

Cette ingénieuse façon de rythmer le récit apporte une angoisse de cet objet du quotidien, très vite on s’imagine répondre à la place du personnage. Ce malaise va rapidement s’amplifier avec l’omniprésence floue du tueur. “Black Christmas” aurait pu se construire comme un huis clos, en suivant les mésaventures de ces étudiantes enfermées avec leur malfaiteur. Malheureusement, le film est passé à côté, les scènes en extérieur relâchent la tension et cassent maladroitement l’aspect horrifique du film. Néanmoins, la maison conserve son ambiance lourde du début à la fin, entraînant ce sentiment de peur dès qu’on franchit le seuil.

Image du film "Black Christmas"
© 1974 August Films − Tous droits réservés.

Le film est ancré dans le style des années 70, il a du mal à se vouloir intemporel malgré une bonne qualité visuelle et une ambiance de menace cachée qu’on retrouvera sublimée l’année suivante dans les Dents de la Mer. Cependant le résultat est là, le film choque, effraie et laisse un arrière-gout d’anxiété dans un générique final très oppressant. Le visuel est bien travaillé, les meurtres sont originaux, la caméra offre des plans irréguliers voir déformés qui se collent parfaitement avec l’esprit malsain du tueur. Tout tourne autour de cette mystérieuse personne, le film est fait pour que l’on soit focalisé sur cet intrus et qu’on en oublie les habitantes de la maison.

Bien que des éléments aient été ajoutés au personnage de Jess pour la recentrer dans le récit, ils ne seront incorporés que pour complexifier encore plus l’identité de l’agresseur. “Black Christmas” frappe fort, le tueur devient le héros malgré lui. A l’inverse des slashers suivants, son visage ou son masque ne sont jamais apparents, pourtant son personnage marque, fascine et prend toute la place du film. L’esprit de Noël a du mal à s’imposer, cela ressort plutôt comme un prétexte utilisé pour opposer les musiques festives avec une intrigue étouffante. Ce contraste est intéressant mais pas
abouti, ancrer ce récit dans un chaleureux décor de Noël aurait relevé du génie, mais malheureusement on en oublie très vite cette période jusqu’au générique de fin. “Black Christmas” commence donc efficacement le genre du slasher, il pose les bases, crée les codes et se montre même innovant sur de nombreux points. Bien que ses successeurs vont rapidement le surpasser, il conserve son rôle de pionnier et vaut le coup d’œil. Un film culte qui mériterait d’être redécouvert en période de fêtes.

Par Joanny Combey.

Directing

Bob Clark

Director

Writing

Roy Moore

Screenplay

Production

Bob Clark

Producer

Findlay Quinn

Executive Producer

Gerry Arbeid

Co-Producer

Richard Schouten

Associate Producer

David M. Robertson

Production Supervisor

Sound

Carl Zittrer

Original Music Composer

Camera

Reginald H. Morris

Director of Photography

Editing

Art

Karen Bromley

Art Direction

Costume & Make-Up

Bill Morgan

Makeup Artist